Les acteurs américains et africains du pétrole et du gaz proposent des mesures réglementaires pour assurer la durabilité en réponse à Covid-19 et au-delà


En réponse à la pandémie mondiale actuelle de COVID-19 et à l’effondrement associé du prix du pétrole, la Chambre africaine de l’énergie (AEC) et l’IAGC ont proposé un certain nombre de mesures d’atténuation au nom de l’industrie pétrolière et gazière. Ces mesures visent à atténuer les pertes d’emplois prévues et l’abandon de projets viables dans le secteur pétrolier et gazier africain face à une récession mondiale.

Bien que les producteurs de pétrole africains ne soient pas en mesure de modifier individuellement le marché actuel et la dynamique de la santé mondiale, ils ont la capacité, en tant que régulateurs, d’influencer positivement l’environnement des affaires dans leurs pays respectifs avec des politiques de bon sens. C’est cette capacité à atténuer les effets négatifs de la crise mondiale que l’AEC et l’IAGC demandent aux gouvernements de mettre à profit.

L’AEC et l’IAGC appellent les gouvernements africains à prendre des mesures rapides pour assurer la stabilité de l’industrie pétrolière et gazière africaine, en particulier dans le sous-secteur de la géophysique et de l’exploration (G&E), afin de maintenir un pipeline de projets qui maintiendront ou même augmenter les niveaux de sortie. En fin de compte, les pays africains continuent de dépendre des revenus générés par le secteur, des emplois créés par le secteur, de l’énergie abordable du secteur et de la capacité de générer ses propres besoins énergétiques.

Ces demandes sont conformes au programme énergétique de bon sens pour l’Afrique publié récemment par l’AEC et disponible sur www.energychamber.org. Ces demandes et mesures clés comprennent notamment la suppression des impôts sur les sociétés de services pendant six mois; la suppression des retenues à la source, notamment pour les sociétés non résidentes, pendant six mois; exhorter les banques à n’accorder aucun prêt à taux d’intérêt ni garantie de prêt aux sociétés de services locales ayant des projets en cours avec les COI; accorder des extensions à tous les projets d’exploration pour 24 mois; étendre les périodes non exclusives de confidentialité des données géophysiques à un minimum de 15 ans lorsqu’elles ne sont pas déjà en place; renonciation à une partie des engagements du projet de travaux pour les sociétés d’exploration; la mise en place et la mise en œuvre de discussions entre le gouvernement et le secteur privé sur la révision de certains termes fiscaux de la CFP qui empêchent les explorateurs de respecter leurs engagements dans l’environnement de marché actuel et de mobiliser des capitaux; réduction de moitié (50%) des frais dus à l’État comme les fonds de formation, la location de surfaces, les projets sociaux, etc. amener les champions de l’industrie en encourageant diverses discussions de ferme et de ferme sur les licences actuelles; assurer le soutien de l’État aux projets intermédiaires afin que les FID ne soient pas annulés; faire de la diversification de l’économie une priorité; examiner les mesures de contenu local qui ne fonctionnent pas et essayer d’encourager ou de mettre en œuvre une approche de contenu africain plus régionale; et envisager de réduire les dépenses ministérielles et de réduire les dépenses de déplacement inutiles. examiner les mesures de contenu local qui ne fonctionnent pas et essayer d’encourager ou de mettre en œuvre une approche de contenu africain plus régionale; et envisager de réduire les dépenses ministérielles et de réduire les dépenses de déplacement inutiles. examiner les mesures de contenu local qui ne fonctionnent pas et essayer d’encourager ou de mettre en œuvre une approche de contenu africain plus régionale; et envisager de réduire les dépenses ministérielles et de réduire les dépenses de déplacement inutiles.

«En tant que voix de l’industrie africaine de l’énergie et elle est au cœur de notre mandat de lutter pour le retour de l’industrie africaine de l’énergie après Covid 19 et la guerre des prix, en faisant des propositions pratiques sur la manière de surmonter la crise actuelle. Nous sommes optimistes quant à la réponse jusqu’ici de nombreux producteurs de pétrole africains qui incluent l’adoption de certaines de nos propositions ci-dessus. Cependant, nous appelons tout le monde à continuer d’en faire plus. Nos amis américains de l’AIGC ont été un allié solide et inébranlable pour nous aider à défendre l’Afrique et son secteur énergétique », a déclaré NJ Ayuk, président exécutif de la Chambre africaine de l’énergie.

De son côté, Mme Nikki Martin, présidente de l’IAGC, a souligné l’importance des industries de la géophysique et de l’exploration (G&E) pour maintenir une industrie énergétique stable. «Les autorités nationales devraient s’efforcer de respecter les délais prévus pour les cycles de licences, y compris toutes les périodes d’examen et les annonces d’attribution qui contribuent à la certitude commerciale et à un pipeline stable pour la production future de pétrole. La sécurité énergétique du continent ne sera assurée qu’avec une exploration continue », a-t-elle déclaré. «L’industrie G&E fournit la clé pour débloquer des ressources énergétiques qui permettront de reconstruire les économies lorsque le virus COVID-19 aura suivi son cours, cependant, pour reconstruire, il doit y avoir une industrie énergétique viable le moment venu.»

À propos de la Chambre africaine de l’énergie

La Chambre Africaine de l’Energie est la voix de l’industrie énergétique africaine et représente les entreprises et organisations des secteurs amont, médian et aval du secteur de l’énergie en Afrique.

À propos de l’IAGC

Fondée en 1971, l’IAGC est l’association commerciale mondiale de l’industrie géophysique et d’exploration, pierre angulaire de l’industrie de l’énergie. Avec plus de 80 sociétés membres dans 50 pays employant environ 87000 personnes avec un chiffre d’affaires supérieur à 11,5 milliards (USD), l’adhésion comprend des opérateurs d’enquête onshore et offshore et des sociétés d’acquisition, des fournisseurs de traitement et de données, des sociétés d’exploration et de production, des fabricants d’équipements et de logiciels, et fournisseurs et prestataires de services. Les sociétés membres de l’IAGC jouent un rôle essentiel dans l’exploration et la mise en valeur réussies des ressources en hydrocarbures extracôtières grâce à l’acquisition et au traitement de données géophysiques.

 

#BRISSE

… partenaire des acteurs de l’économie en Afrique .


🛑 Recevez toute l’actualité de l’économie en Afrique sur WhatsApp. C’est simple ! Écrivez nous au (+237) 671503482. ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici