Note de conjoncture économique régionale dans l’Uemoa : les bons points du Mali au 1er Trimestre 2020


L’économie malienne d’avant crise sanitaire (1er trimestre 2020) semblait présenter un meilleur visage, comparé à son état au quatrième trimestre de 2019. C’est le constat fait dans le n° 47 de la Note de conjoncture économique régionale dans l’Uemoa. Publié en juin dernier, ce rapport est une production trimestrielle du Département des politiques économiques et de la fiscalité intérieure de la Commission de l’Union.

En effet, la production industrielle malienne, mesurée par l’Indice harmonisé de la production industrielle (IHPI), a progressé de 15,8% au premier trimestre de 2020, en comparaison aux trois derniers mois de 2019. Ce qui correspond, en glissement annuel, à une hausse indiciaire de 8,2%. Cette augmentation est due à l’accroissement de la production des branches «égrenage de coton» 34,2%, «fabrication de matériels électriques» 22,6% et «fabrication de produits à base de tabac» 14,6%. Au Sénégal, au cours de la même période, l’IHPI a progressé de 7,8%.

Cette prouesse encourageante, ajoutée aux mesures de fermeture des frontières pour freiner la propagation de la Covid-19, semble avoir eu un impact positif sur les importations maliennes. Au niveau communautaire, la baisse des achats à l’extérieur a été la plus importante au Mali -39,5%. Il est suivi respectivement par la Guinée-Bissau -27,3%, le Niger -24,6%, le Bénin -6,3%, le Burkina Faso -6,2% et le Sénégal -0,8%.

Toutefois, le pays devrait encore faire des efforts pour mettre sur le marché des produits davantage compétitifs afin de booster les échanges avec l’extérieur. L’or et le coton étant les principaux produits (matières brutes) que nous troquons avec le reste du monde. En la matière, le rapport déplore un recul considérable des exportations en Guinée-Bissau, au Mali et au Niger qui ont enregistré respectivement -91,9%, -27,5% et 2,9%. Tandis que les exportations de l’Union ont accru de 288,5 milliards de Fcfa (+7,7%) au premier trimestre 2020, relativement au quatrième trimestre de l’année 2019.

Par contre, les disponibilités monétaires se sont, comparées au quatrième trimestre 2019, affichées en hausse au Burkina Faso +192,8 milliards de Fcfa, soit +4,8%, au Togo +145,3 milliards, soit +8,1%, au Mali +129,5 milliards, soit +4,3%, au Bénin +106,8 milliards, soit +4,6%, au Niger +34,0 milliards, soit +2,6% et en Côte d’Ivoire +15,3 milliards, soit +0,1%, au terme du premier trimestre 2020.

Sur la même période, il a été noté une amélioration de 500,9 milliards de Fcfa de la situation financière de l’Union en termes absolus, soit un progrès de 1,7% en variation trimestrielle. Cette évolution des disponibilités monétaires s’explique par la hausse de la masse monétaire dans la plupart des états membres de l’Union, sauf au Sénégal et en Guinée-Bissau, où des baisses nettes de 116,7 milliards (-2,1%) et 6,1 milliards (-1,7%) ont été observées.

 

#BRISSE

… partenaire des acteurs de l’économie en Afrique .


? Recevez toute l’actualité de l’économie en Afrique sur WhatsApp. C’est simple ! Écrivez nous au (+237) 671503482. ?


 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici