RDC : Le Secrétaire général aux Mines, Joseph Ikoli, s’engage à mettre fin aux comptoirs clandestins dans la province de Lualaba.


Le Secrétaire général aux Mines encourage à cet effet l’opérationnalisation du premier Centre de Négoce de Musompo créé conformément à la loi minière révisée et le règlement minier y afférent.

Ce Centre est non seulement destiné à rassembler, sous une structure moderne, les vendeurs des minerais issus de l’exploitation artisanale afin de mieux contrôler ce commerce, mais aussi de jouer le rôle de maillon important dans l’instauration d’une chaîne d’approvisionnement responsable de la filière cupro cobaltifère de production artisanale en République démocratique du Congo .

Au sortir d’une séance travail avec le Vice Gouverneur de la province, le patron  de l’administration minière a indiqué que le premier objectif de son déplacement sur invitation de l’autorité provinciale est d’examiner toutes les questions liées à l’opérationnalisation de ce Centre.

« Il a été question dans un premier temps, des textes qui vont régir le Centre, ensuite l’aspect technique et matériel. Nous avons visité le Centre, le laboratoire déjà équipé, le Centre hospitalier et les bureaux »,, a-t-il affirmé.

Le Secrétaire général aux Mines estime que ce Centre peut être opérationnel dans les prochains jours pour lutter contre l’exploitation illégalle des minerais.

« Nous sommes venus voir dans quelle échéance le Centre peut être opérationnel. Il faut dire qu’avec l’existence de ce Centre de négoce, les comptoirs clandestins appartiennent au passé »,, a dit Joseph Ikoli.

Au vu des attentes du Gouvernement congolais, le secteur des mines doit fournir beaucoup d’efforts en multipliant notamment les stratégies de lutte contre l’exploitation illicite des minerais sur l’ensemble du territoire national.

Signalons que c’est le  Gouverneur de province du Lualaba, Richard Muyej, qui est à la base de cette vaste réforme dans l’exploitation minière artisanale.

Il y a lieu de noter que cette réforme a été lancée après consultation de toutes les couches intervenant dans le secteur.

Dès lors, les principaux objectifs poursuivis par cette réforme sont entre autres :

  1. Mettre fin à l’exploitation anarchique dans les sites résidentiels ainsi que ceux industriels, qui risquaient de créer préjudice aux minerais de la République Démocratique du Congo dans la phase de la commercialisation ;
  2. Définir un programme de délocalisation des creuseurs vers des zones d’exploitation artisanale qui sont des sites destinés aux coopératives par excellence ;
  3. Créer des Centres de négoces pour faire rencontrer les vendeurs et acheteurs des produits miniers de l’artisanat provenant des ZEA, résoudre les problèmes récurrents de teneurs en minéraux de valeur, humidité, le poids sec ainsi que le taux de radioactivité en créant des laboratoires indépendants de certification ;
  4. Assurer la traçabilité physique et documentaire des minerais du puit jusqu’au centre de négoce ;
  5. Mettre fin à la prolifération des dépôts illicites dans les quartiers résidentiels et le long de la route ou dans les concessions privées ;
  6. Organiser un guichet unique pour bien recouvrer les taxes et redevances.

#BRISSE

… partenaire des acteurs de l’économie en Afrique.


🛑 Recevez toute l’actualité de l’économie en Afrique sur WhatsApp. C’est simple ! Écrivez nous au (+237) 694545739.


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici